Notre histoire
    Safran et civilisation
    Terre de tradition
    La relance
     
   
     
   
   
   
Une terre et des hommes

 
SIX SIÈCLES DE SAVOIR-FAIRE
   
L’introduction du safran dans le Gâtinais remonte à la fin du XIIIe siècle. C’est le gentilhomme Pocquaire, alors propriétaire des terres de Boynes, qui aurait rapporté quelques bulbes d’Avignon. La culture se serait considérablement développée dans tout le Gâtinais. Louis XIV, fin gourmet, ne voulait consommer que du Safran du Gâtinais.

Du XVIe au XIXe siècle, le Safran du Gâtinais est reconnu le meilleur du monde. Boynes devient la plaque tournante du marché mondial. Les bulbes, comme les filaments, sont si prisés qu’ils rentrent dans les dots de mariage et les successions.

La guerre en 1870 puis deux hivers rigoureux en 1880 et 1891 détruisent de nombreuses safranières, et entraînent la culture vers le déclin. Puis, la hausse du coût de la main-d’œuvre et l’apparition de colorants chimiques ont fait leur travail de sape après la guerre de 1914-1918.

En 1945, par manque de manque de main d'œuvre après la Seconde Guerre mondiale, les plantations de safran avaient totalement disparu du Gâtinais.